Alassane Sow

Le site officiel

Sowin Express

swin2

Cliquez pour voir l’article original

Alassane Sow est parti d’un constat simple qu’il a lui-même, testé par le passé: les immigrés résidant en France envoient régulièrement de l’argent, entre 1 000 et 1200 € en moyenne par an, dans leur pays d’origine pour venir en aide aux leurs. Seuls soucis, les mandats coûtent cher jusqu’à 15 %de commission), les délais sont souvent longs, l’acheminement parfois incertain et l’utilisation des sommes pas toujours appropriée. D’où l’ idée d’Alassane Sow de jouer les relais entre l’expéditeur et le destinataire.

Depuis des points relais situés en France, (Nice, Paris, Lyon, Marseille … ) la Sowin Union envoie par fax ou mail un bon de commande d’achats alimentaires à un commerçant ou un épicier local, dûment référencé et où se rend ensuite la famille restée au pays pour les retirer. Et c’est via la Sowin Union que le commerçant est ensuite payé à la fin du mois par virement bancaire.

« Les premières commandes devraient être passées en juin », explique Philippe Augouvernaire de SP consulting qui, depuis son bureau de La Turbie, participe au développement de cette entreprise. D’abord vers le Sénégal (qui a servi de « laboratoire»), le Mali, la Guinée et les pays du Maghreb, tandis que la Sowin Union prospecte dans toute l’Afrique et entend démarcher les immigrés vivant en Belgique, Grande-Bretagne; États-Unis …

Au-delà de l’aide aux familles, il y a aussi le désir de développer l’économie du continent africain en créant de nouveaux emplois et en valorisant les échanges auprès des commerçants », poursuit Philippe Augouvenaire. Par ailleurs la Sowin Union s’est engagée auprès des pouvoirs publics africains à reverser une partie de ses bénéfices pour la construction d’établissements scolaires. Et compte, outre la partie denrées alimentaires, développer ensuite les commandes concernant les médicaments ou l’électroménager.

swin3
Voir la plaquette client
swin4
Voir la plaquette partenaire